Musée du protestantisme à Dunkerque

Pourquoi un musée du protestantisme à Dunkerque ?

Un peu d'histoire…

Le protestantisme est très peu connu de la population en notre Flandre. Pourquoi donc ? Il faut se souvenir que Luther et Calvin ont créé leurs églises à partir de 1517 et que Dunkerque était au sud du Comté de Flandre intégré, en 1529, aux Dix Sept Provinces du Saint Empire devenu espagnol. Touchés par ce mouvement appelé « La Réforme », la ville de Dunkerque et tout le sud de la Flandre eurent à subir les foudres de Charles Quint et des tribunaux ecclésiastiques de l'Inquisition. Son fils Philippe II, le Duc d'Albe et le ministre Granvelle ont fait tant et tant d'exactions pour interdire la Religion « Prétendue Réformée » que beaucoup de gens de Flandre moururent par le glaive ou sur les bûchers pour cause de refus de renier leur foi. Appelés « gueux » par dérision, les nouveaux convertis relevèrent le défi et se liguèrent en « gueux des bois » dans nos campagnes, « gueux des villes » dans les bourgs et parmi la noblesse, ainsi que « gueux des mers » parmi les populations des ports. Acculés à se défendre, ils livrèrent des combats couronnés de succès, pas toujours glorieux (1566) il est vrai, mais tellement mal compris et relatés. Cette période échappe à l'Histoire de la France.

Quand la Flandre dite française fut reconquise, (Dunkerque fut rachetée en 1662), le Roi Louis XIV poursuivit le martyre, révoqua l'Edit de Nantes, accentua la contre-réforme afin d'exterminer le protestantisme dans son royaume. Beaucoup de ces « protestants » locaux, ces gueux, ces huguenots, durent abjurer ou s'exiler en emportant leurs savoirs. Les Pays-Bas, la Suisse, l'Allemagne et au-delà les mers, l'Angleterre, l'Irlande, l'Amérique et la lointaine Afrique du Sud furent de bons et généreux « Pays de Refuge ». Sortir cette histoire de l'oubli, devenir un support de témoignage, c'est l'objet de ce musée. Il ne s'agit pas de manifester des rancœurs, mais en ces temps de partage de l'Evangile, rétablir dans leur dignité ceux qui eurent à lutter. Parmi d'autres, Henri de Nédonchel, Seigneur de Hannecamps, « le noble-gueux » qui fut pendu, est de ceux-là.

A Dunkerque

Au bord de la Mer du Nord, qui connut les « gueux de mer », une immense plage de sable fin et le 3ème port de France dans une agglomération de 300 000 habitants. Au centre, près de la gare, entre la sous-préfecture et le palais de justice, le temple protestant et son musée du protestantisme.

La Pré-Réforme

Les Albigeois, les Vaudois, John Wiclif, Jan Hus. Ces précurseurs ne sont que peu ou pas du tout écoutés voire réduits au martyre.

La Réforme

A partir de 1517, Martin Luther, Jean Calvin, Ulrich Zwingli et John Knox sont les grands réformateurs. Les nouvelles Eglises protestantes sont créées.

Les persécutions en Flandre

Dès 1448, l'inquisition est au travail en Flandre. Les placards de Charles Quint mettent la Flandre à feu et à sang. La répression oblige le réformateur Guy de Brès et les membres de sa communauté à se réfugier en Angleterre.

Les persécutions en France

Dès 1534, premières persécutions, confiscation des biens, bûchers, massacres, la plus grande guerre de religion que la France ait connue

En 1598, promulgation de l'Edit de Nantes. Mal respecté, il est révoqué par Louis XIV en 1685. S'ouvre alors la terrible guerre des camisards dans les Cévennes.

L'Edit de tolérance

Avant 1760, Antoine Court s'emploie à la reconstitution des Eglises réformées. Depuis l'Edit de tolérance en 1787, il y eut la proclamation de la liberté religieuse, le Concordat napoléonien et le premier synode réformé pour aboutir en 1905 à la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

De nos jours

En 1938, regroupement de diverses églises protestantes au sein de l'Eglise réformée.

En 2013, la communion luthéro-réformée crée l'Eglise protestante unie de France. A travers des relations apaisées avec les diverses confessions chrétiennes, nous partageons l'Evangile.

En Flandre…

Il y a encore des moulins et des haies, des chapelles aussi qui rappellent qu'il y a eu des villes, des villages acquis à la Réforme, Hondschoote, Boeschèpe, Wormhout, Bergues… portent les marques de l'époque des « gueux des bois » si durement pourchassés et portés au bûcher.

 

Le Musée

16 bis quai aux Bois
59140 DUNKERQUE

Revivez en cliquant ici l'inauguration du 10 octobre 2015, en images.

Les voies de Dieu sont parfaites. La parole de l'Eternel est éprouvée ; Il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en Lui.